Complément au mot de la minorité

Nous complétons ici le mot de la minorité paru dans le bulletin municipal d’avril 2018.

L’ensemble du groupe minoritaire a voté contre le budget principal 2018 présenté par le maire. En résumé, ce vote est motivé par le fait que:

  • Certaines dépenses semblent sous-évaluées et à contrario, certaines recettes paraissent sur-évaluées
  • Les dépenses de personnel augmentent à nouveau d’environ 200 000 € venant s’ajouter à une hausse similaire déjà constatée en 2017. Certes, à ce sujet, le maire a donné des explications dont la création d’un poste de policier municipal, mais le contexte général est à une meilleure maîtrise de ces dépenses
  • Une nouvelle ponction de 800 000 € est prévue dans les excédents du budget aménagement développement (BAD) suivant celle de 1 800 000 € faite en 2017 laissant craindre une réduction de la « cagnotte » d’environ 2 000 000 € laissée par la précédente municipalité pour parer aux risques d’un emprunt ;
  • Le projet de nouvelle maison de l’enfance est surdimensionné et mobilise de manière trop importante tant le budget (investissement d’environ 2 000 000 € HT) que le foncier du terrain « Duval » rendant impossible tout autre projet d’ampleur.

Un terrain synthétique cancérigène ?

A propos de budget, de gestion raisonnée des finances, nous nous sommes opposés, en 2014, à la construction d’une pelouse synthétique, jugeant l’investissement (720 000,00 €) disproportionné par rapport aux besoins d’une commune de 5 000 habitants.

D’autres arguments entraient aussi en ligne de compte

  • Il y a beaucoup plus d’accidents sur les surfaces synthétiques
  • Si l’entretien d’un terrain engazonné naturellement est plus élevé, aux termes des 10 années de durée de vie de chacune des solutions, l’engazonnement naturel est, et de loin, meilleur marché.
  • Le recyclage d’une pelouse synthétique au bout des 10 années d’utilisation est toujours problématique.

Mais, voilà qu’un reportage d’ « Envoyé spécial » sur France 2 va plus loin et pose la question de l’augmentation des cancers liés aux gazons synthétiques.

Les petites billes noires qui les composent permettent aux terrains de rester souples et aux brins d’herbe de rester droits. Ces particules rebondissent, collent à la peau, s’incrustent dans les chaussures et les vêtements.

Amy Griffin, entraîneuse de foot à Seattle, découvre, suite à un cancer déclenché en 2009 chez une de ses gardiennes, que les cas de cancers sont nombreux : elle en a recensé plus de 250 chez des joueurs de foot depuis. Ils ont tous un point commun : ils évoluent sur du synthétique.

Des granulés noirs au passé trouble

Les petites billes noires sont en fait des pneus broyés, contenant notamment des HAP, considérés comme cancérigènes. Dans les pneus, leur dosage est réglementé par des normes qui ne sont pas prévues pour des granulats de pneus.

Dans un laboratoire des Pays-Bas, des embryons de poissons ont été plongés dans une eau dans laquelle ces billes avaient trempées pendant 8 jours. Les chercheurs ont constaté que les embryons mourraient tous ! Et ce même en diminuant la quantité de billes de pneus dans l’eau !

La dangerosité de ce type de terrain est encore floue pour l’instant mais certaines villes telles que New York, Amsterdam, Paris ou Vannes n’ont pas attendu d’en savoir plus pour mettre fin à l’implantation de nouveaux terrains de ce type.

Pour en savoir plus:

La minorité n’a pas pas voté le budget 2018

Contrairement à ce qui a été rapporté dans l’article du 5 février dernier relatif au vote du budget, il est avéré que l’ensemble du groupe minoritaire a voté contre le budget principal.

En résumé, les motivations de ce vote sont

  1. Certaines dépenses semblent sous-évaluées
  2. A contrario, certaines recettes semblent sur-évaluées
  3. Augmentation de 200 000,00 € des dépenses de personnel (400 000,00 € en 2 ans)
    • Certes, à ce sujet, le maire a donné des explications, mais elles laissent dubitatif
  4. Remontée hasardeuse d’excédents du budget aménagement développement (BAD)
  5. Projet de nouvelle maison de l’enfance sur-dimensionnée mobilisant de manière trop importante tant le budget d’investissement que le foncier du terrain

Par ailleurs, le texte lu au conseil municipal par Mme Cougoulat est de M. Pelletan et non de M. Le Bodic comme le laisse entendre l’article paru dans la presse locale. Il n’y a rien d’anormal à donner pouvoir à un collègue et de lui demander d’exprimer la position de son mandant.

C’est le changement de date et surtout de jour du conseil ont conduit MM. Pelletan et Le Bodic à donner pouvoir à leurs collègues. De leur part c’est peu fréquent et il est patent que leur taux d’absentéisme est nettement moindre que celui M. Bleunven quand il était dans la minorité. De quel droit se permet-il de porter un jugement sur cette absence alors qu’une de ses adjointes a été absente 2 fois consécutivement sans donner pouvoir à un membre de son groupe?

Il n’y avait aucune urgence à voter le budget 2018 et si le maire ne pouvait pas se rendre disponible le jeudi 2 février, il pouvait reporter le conseil au jeudi suivant, le jeudi étant le jour consensuellement retenu pour la tenue du conseil.

La nouvelle maison de l’enfance

La nouvelle maison de l’enfance a suffi à GM PELLETAN pour voter contre le budget général
Il avait donné pouvoir à Mme Catherine COUGOULAT pour le conseil municipal du vendredi 2 février.

Otage de ses arguties électoralistes, la majorité avait retiré sitôt élue le permis de construire de la salle de sports sans en soupeser toutes les conséquences. Elle avait éludé le fait que le comité de pilotage avait préconisé, pour résoudre ses pics de saturationde dédier Ti Mômes à tous les petiots, et d’ajouter des annexes au projet de salle de sports pour y accueillir leurs ainés. Il semblait absurde en effet de partager Ti Mômes, dont notamment la grande salle médiane, entre les bambins du multi-accueil et les écoliers du primaire plutôt qu’avec les maternelles!

Justificatifs de la majorité pour une nouvelle maison de l’enfance, suivis de remarques

  1. Surpopulation en accueil périscolaire et ALSH: Les pics de saturation auraient été résolus depuis 3 ans si la salle de sports et ses locaux annexes avaient été bâtis sur le terrain Duval.
  2. Les TAP des primaires et des maternelles: ils vont disparaitre !
  3. La salle de restauration pour les maternelles: Elle sera aussi éloignée de Ste Marie que l’actuelle et ne pourra pas être mutualisée pour d’autres activités!

Des reproches:retards et gaspillages en série!

  1. Retard de 3 années pour la salle de sports et de 4 à 5 pour les besoins de l’enfance!
  2. Double note d’honoraires de maîtrise d’œuvre pour la salle de sports!
  3. Autre foncier acquis pour implanter la salle de sports contiguë au collège!
  4. Nouvel investissement estimé à 1 946 504 HT: démesuré par rapport aux besoins réels de l’enfance et mobilisant une importante partie du terrain Duval, rendant impossible tout autre projet d’ampleur!
  5. Fonctionnement à financer, à des coûts non mentionnés!

Un peu d’humour pour garder le sourire malgré tout: « et si la 2ème maison de l’enfance était, tous comptes faits, le château de mon maire pour la gloire de mon maire! »

Aménagements urbains, liaisons interquartiers

Aménagements urbains

Les bénéfices résultant des opérations d’aménagement urbain contribuent grandement au financement des nouveaux équipements.

Ainsi, la précédente municipalité a laissé une « cagnotte » d’environ 2 millions €.

Dans ses prévisions de financement de ses investissements, la municipalité table sur 3 millions € issus des opérations d’aménagement en cours, dont 2,350 millions en provenance d’acquisitions réalisées par la précédente équipe municipale, à savoir le foncier du quartier des Garennes et le terrain au sud de Market.

En revanche, l’opération « 11 novembre », qui a consisté à acquérir un terrain et à le céder rapidement à un aménageur n’a dégagé qu’à peine 60.000 € de plus-value.

Nous n’approuvons pas cette façon de procéder qui gaspille le potentiel de ressources financières de la commune.

Nous espérons qu’elle ne sera que marginalement renouvelée pour la ZAC Perrine Samson dont une part importante du foncier a été acquis du temps de la précédente municipalité.

Voies de liaisons interquartiers

Lors de la présentation du Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) et du vote du budget, la municipalité a privilégié la poursuite de la réalisation de travaux de sécurisation de la voirie (programme de 500.000 € au total susceptible d’être augmenté).

De ce fait, la création de la liaison interquartiers Espace 2000-Zone de Kerovel est reportée sine die, ce qui rendra caduques les études préliminaires déjà effectuées.

Cette voie qui prolongerait celle du nouveau quartier des Garennes désengorgerait le centre-bourg, comme le fait déjà la « récente » rue de Lann Guinet.

Nous considérons que cette décision est une erreur.

Imaginez les nombreux désagréments qui auraient pu être évités si cette nouvelle voie avait été réalisée avant les travaux en cours d’assainissement et d’adduction d’eau de la rue du général De Gaulle, certes nécessaires mais reportables d’une année ou deux.

Alternance et Pluralité

Voilà déjà trois ans qu’une majorité de Grégamistes a décidé de confier la marche de leur commune à une nouvelle équipe. Le maire ayant présenté un bilan de mi-mandat le 27 juin dernier, il nous a semblé judicieux de faire de notre côté le point sur la présence de la minorité au sein du conseil municipal.

L’alternance de mars 2014 s’est produite cette fois au bout de 13 ans. Elle n’a pas laissé le temps à l’équipe sortante d’achever la réalisation de ses projets de nouvelle salle sport, de la place de l’église et d’abattage des ruines derrière la mairie, alors que les conditions financières et foncières étaient enfin réunies pour y parvenir.

Le moment de déception passé, ses élus se sont adaptés rapidement et sereinement à leur fonction minoritaire. Ils se sont attachés à animer la démocratie bien installée à Grand-Champ depuis que la pluralité a été instaurée en 1983 au sein du conseil municipal. Il est indispensable qu’elle perdure!

Les premiers propos du nouveau maire reprochaient à l’équipe sortante treize ans d’immobilisme, des finances désastreuses bien qu’il ait voté les dix budgets précédents, à l’exception du dernier.

L’ampleur des acquisitions foncières, les excédents générés par les lotissements communaux qui ne doivent pas ignorer les ressources fiscales qui s’en sont suivies, ainsi que les stocks de terrains disponibles. On peut aussi rappeler que son premier budget de 2014 a bénéficié d’une CAF de 1 080 000 € générée par celui de 2013.

Communication ou COM du vide?

Toutes ces informations diffusées au moment voulu concernent le passé certes, mais elles vous sont renouvelées pour rappeler certaines vérités enfouies dans de la communication pour le moins peu objective ou même de la désinformation.

Elles ont surtout le mérite de soulever les problèmes de l’information, de la communication, de la désinformation, voire de la manipulation, qui peuvent être véhiculés dans ce qu’on nomme la « COM »!

Si il y a bien un reproche que l’on ne peut pas faire à l’équipe en place par comparaison à celle qui l’a précédée, c’est d’être timorée en matière de communication. Elle sait utiliser, et ne s’en prive manifestement pas, tous les canaux pour faire parler d’elle, et surtout se montrer en photos : Journaux locaux, internet, Facebook en particulier.

A chaque événement, même s’il est insignifiant, elle fait mousser l’optimisme. Cette communication tous azimuts laisse parfois penser à une activité fébrile, débordante…

Sommes nous passés de la présomption d’immobilisme  à celle de trépidation?

AMBITIONS GRAND-CHAMP, le nom de campagne électorale de la majorité et le désormais OSER VOIR GRAND, associé au nouveau logo de la commune, nous interpellent sur les objectifs de l’équipe en place.

Ambitions pour qui…?, Pour quoi…? Oser voir grand pour qui…?, pour quoi…?

Puissent les réponses apportées à ces interrogations être imprégnées d’un mélange pertinent d’audace et de modestie!

Analyse des documents budgétaires

Quelques précisions utiles sur les comptes communaux

Gestion des dépenses et des recettes

Parmi les objectifs de la majorité (cf. le Grégamiste de juillet 2014) l’un de ceux ci était: «garder le cap d’un autofinancement récurrent des projets par une bonne gestion des dépenses et des recettes de fonctionnement ».

Voilà un objectif essentiel mais non tenu à ce jour.

Depuis 3 ans les dépenses augmentent plus vite que les recettes :

Année

Recettes

Dépenses

2013

+3,35%

+1,17%

2014

+1,85%

+9,10%

2015

+4,97%

+6,19%

2016

+1,92%

+3,05%

(Calculs réalisés hors dépenses et recettes exceptionnelles qui, par définition, ne sont pas récurrentes)

2 exemples de dépenses :

Les frais de personnel :

  • Entre 2009 et 2013 (soit 4 ans) ont progressé de 7,46% (de 2 021 390 euros à 2 172 265 euros)
  • Entre 2013 et 2016 (soit 3 ans) ont progressé de 14,7 % (de 2 172265 euros à 2 491 929 euros)

Fêtes et cérémonies :

  • Entre 2009 et 2013 diminution de 16 658 euros à 12 866 euros
  • Entre 2013 et 2016 augmentation de 12 866 euros à 29 816 euros (nombreuses inaugurations !…)

Emprunt toxique:

Une action en justice a été entamée, soit !

Mais la durée d’un procès est longue voire très longue et son issue incertaine.

Ne pas inclure dans le raisonnement et surtout dans les comptes (au moins à hauteur des enjeux) le risque final, c’est reporter un risque financier significatif sur les générations futures.
La majorité actuelle ne provisionne ce risque chaque année, depuis 3 ans, qu’à hauteur de 5% à 6% (soit un total de 395 197 euros au 31/12/16) pour un risque évalué à environ 20% (soit un risque cumulé à ce jour d’environ 1 130 000 euros) !!

Le déficit de provision commence à être conséquent (le capital restant dû s’élevant à plus de 2,7 millions d’euros et 19 années de remboursement restant à courir).

La « cagnotte » (environ 2 millions d’euros) laissée par l’équipe municipale précédente (niée au début du mandat par l’équipe actuelle, puis enfin reconnue à ce jour ….) doit servir, comme l’a confirmé la majorité actuelle, en priorité de filet de sécurité en cas d’issue défavorable du procès….. (à condition de ne pas la grignoter largement comme cela a été présenté dans le budget primitif 2017 à hauteur de 1 million d’euros environ pour financer les investissements 2017 )

Conclusion :

La CAF nette (capacité d’autofinancement nette) issue des excédents de recettes de fonctionnement sur les dépenses diminue régulièrement depuis 3 ans.

Si cette tendance perdure, d’une part l’autofinancement des investissements serait menacé d’autant plus que les subventions de l’État diminuent et d’autre part cela mettrait à mal les autres objectifs de la majorité actuelle : « ne pas alourdir la fiscalité des Grégamistes et ou désendetter plus efficacement la commune » (cf le grégamiste de juillet 2014)

Les salles de sport

Construire une salle de sport à proximité du collège était l’un des enjeux de la campagne électorale d’Yves BLEUNVEN.

Devenu maire, il radia promptement  le projet prévu par la précédente municipalité sur le terrain « Duval », prêt à être réalisé et qui aurait pu être mis en service dès le début de l’année 2015.

Combien de ses électeurs ont imaginé que cette nouvelle municipalité, se présentant comme étant le dynamisme incarné, passerait 3 ans à finaliser son propre projet de salle de sport ?

Il reste encore à le réaliser, ce qui nous amène au mieux à février 2018 pour la mise en service.

Bien que la municipalité comprenne des responsables de la plupart des associations de sport en salle, elle a recouru à un bureau d’études (programmiste) pour planifier l’évolution des équipements sportifs.

Après tergiversations, le maire a été enfin convaincu de renoncer à son idée momentanée de construire une modeste nouvelle salle à coté du collège pour pouvoir rénover en profondeur et agrandir la salle omnisports actuelle qui ainsi serait restée la salle principale.

Le projet de nouvelle salle

La recherche d’un maître d’œuvre a conduit la municipalité à découvrir un cabinet des pays de Loire qui fait construire des salles omnisports de 1500/1600 m² à environ 1 million d’euros HT.

Il s’agit de bâtiments à ossature métallique bien moins esthétiques que les structures en bois plus communément utilisées, mais parait-il tout aussi confortables pour les
utilisateurs.

La municipalité s’est ainsi glorifiée de faire des économies car le programmiste évaluait la construction d’une salle classique à 1,9 million €.

Mais de fil en aiguille avec l’ajout de salles supplémentaires de 300 et 30m² et un mur d’escalade, le projet s’élève à environ 1,55 million € HT (la TVA est payée par la commune, mais récupérée en grande partie l’année suivante) auxquels viennent s’ajouter 45.000 € pour l’acquisition du terrain et 225.000 € TTC d’honoraires et frais divers.

La rénovation de la salle actuelle

Bien que jugée prioritaire par la nouvelle équipe municipale, la rénovation de la salle omnisport de Kermorio est toujours attendue et n’aura sans doute pas lieu.

Estimée initialement à 500.000 €, les études du maître d’œuvre et la satisfaction des désidératas des utilisateurs ont porté l’investissement de rénovation à plus de 900.000 €, soit quasiment le coût d’une salle neuve (cf ci-dessus), sans avoir pour autant un équipement aussi moderne.

Le maître d’œuvre a donc été prié de revoir sa copie pour rester dans l’épure de 500.000 €. En cas de rupture de son contrat, combien d’honoraires faudrait-il lui verser ?

En lieu et place de la rénovation, il est à présent question de construire, en prolongement de la salle existante, 2 courts de tennis couverts. Ce nouveau projet serait financé par les 500.000 € inscrits au budget pour la rénovation: seront-ils suffisants?

Que de tergiversations malgré l’étude de planification faite ! Et que dire des frustrations en perspective pour les principaux utilisateurs de cette salle ?

Rappelons notre billet de Mars 2015, sur les équipements sportifs

VIGILANCE

VIGILANCE

« Cohérence, faire plus avec moins, mieux vivre ensemble », tel était l’engagement de la majorité pour faire progresser GRAND-CHAMP.

Le programme était ambitieux…!

Or, à mi mandat, les promesses n’ont pas toutes été tenues. Nous sommes loin de tout ce qui avait été envisagé pour les Grégamistes lors des élections municipales de 2014.

D’abord, la fusion imposée des intercommunalités a donné lieu à de singuliers retournements et rebondissements. Ceux qui blâmaient hier, qui appelaient à la résistance, se retrouvent par la force des choses dans le camp de GOLFE DU MORBIHAN VANNES AGGLOMÉRATION. L’entrée de LOC’H COMMUNAUTÉ n’a pas été sans remous ni tensions pour l’attribution des postes. N’est-il pas regrettable que les ambitions personnelles prennent le pas sur la recherche de consensus et la construction du bien commun ?

Des projets bâtis par la précédente municipalité, notamment une seconde salle des sports et le lotissement « Les Garennes », sortent juste de terre ! Que de temps perdu et combien de coûts supplémentaires? Est-ce par simple volonté de modifier ce qui a été voté par la précédente municipalité?

Qu’en est-il précisément des projets d’aménagement de l’ensemble des friches?

La déviation EST était-elle une priorité alors que les Grégamistes attendent
depuis de nombreuses années celle d’OUEST, afin d’éviter que les véhicules en
transit, lourds ou légers, ne passent par le centre ville, pour eux un obstacle à
franchir sur leur route? Les bisbilles entre le maire et le président du conseil départemental ne risquent-elles pas de différer encore plus ce dossier ?

Autre sujet de préoccupation: les emprunts toxiques. Contrairement à d’autres municipalités voisines, GRAND–CHAMP est en procédure judiciaire. Ne risque-t-elle pas d’avoir une incidence néfaste sur des budgets lointains de la commune au cas où les provisions s’avéreraient insuffisantes à son issue?

Chacun peut constater une communication très abondante où tout semble prétexte à écrire ou dire que  » GRAND-CHAMP se bouge  ». Ne serait-ce pas un excès superflu de démonstrations coûteuses à un moment où des restrictions budgétaires sont exigibles?

GRAND-CHAMP, cité authentique et rurale, doit le rester. Elle a besoin au conseil municipal d’une pluralité et d’une minorité active nécessaires à la démocratie.

Il n’est pas question pour la minorité actuelle d’exercer une opposition systématique et vaine. Tout en reconnaissant à la majorité une activité certaine, nous estimons la minorité dans son rôle quand elle pointe ses carences et ses insuffisances ! Restons en permanence vigilants !

Chers Grégamistes, si vous voulez nous soutenir, n’hésitez pas à contacter
l’association » Bien Vivre Ensemble à GRAND-CHAMP  » !

André LE TUTOUR
Président de Bien Vivre Ensemble à GRAND-CHAMP

Retrouvez, avec ce lien, les réalisations que l’équipe de Bien vivre ensemble à Grand-Champ souhaitait faire à brève échéance

La minorité n’a pas voté le budget principal 2017

Au conseil municipal du 26 Janvier 2017, l’équipe minoritaire n’a pas ergoté

Contrairement aux affirmations de Ouest-France du samedi 28 Janvier 2017,du samedi 28 Janvier 2017, la minorité n’a pas voté le budget général 2017 (quatre votes contre et deux abstentions)
Elle a montré son désaccord tant sur le fond que sur la présentation du budget.

Raisons principales

  • L’acquisition de terrain du collège pour l’édification d’une salle de sports: 6 votes contre!
  • L’impossibilité réglementaire d’utiliser 1 150 000 € de la vente de 20 lots du lotissement des Garennes en cours d’aménagement pour abonder le budget principal. Cette somme ne peut pas être intégrée dans le budget 2017.
  • La nécessité de ce fait de les prélever dans ce qui a été appelé « la cagnotte » laissée par l’équipe précédente, ce qui constitue une entorse à l’engagement de la majorité de la conserver comme garantie dans le cadre du contentieux concernant l’emprunt « toxique » Dexia.
  • Les priorités d’investissements déterminées par la majorité :
    • Création d’une nouvelle maison de l’enfance alors que le permis de construire signé de la salle sur le terrain Duval prévoyait la mutualisation de locaux de façon moins consommatrice de terrain et moins onéreuse.
    • Report de la rénovation de l’actuelle salle de sports.
    • Travaux de sécurité le long de certaines voies au détriment de la programmation de la liaison inter-quartiers Espace 2000-zone de Kerovel, indispensable pour désengorger le centre-bourg, en l’absence de déviation Ouest pour x années.

Raisons complémentaires

  • La chute significative et renouvelée (294 000 € de moins qu’au budget 2016) de la CAF nette (capacité d’autofinancement), masquée par le chiffrage de la CAF brute, qui devrait en fait s’élever à 994 000 € et non 2 794 100 €
  • La diminution de 834 604 € du résultat reporté, de 2 233 939 € en 2016 à 1 399 335 € au budget 2017. L’autofinancement des investissements futurs se ressentira de ces baisses.

Le budget annexe Aménagement et Développement et le budget Assainissement ont été votés à l’unanimité

Le conseil municipal du 22 Septembre 2016

Positions du groupe minoritaire sur quelques bordereaux du conseil municipal

Cet article précise les positions prises oralement par le groupe minoritaire lors du conseil municipal du Jeudi 22 Septembre 2016

Taxe d’aménagement. Fixation du taux et des exonérations

Le 6 novembre 2014, la majorité d’Yves BLEUNVEN a relevé de 50% le taux de la Taxe d’aménagement, laquelle passait de 2 à 3%. Le groupe minoritaire avait voté contre cette augmentation.

Au conseil municipal du 22 Septembre 2016, il a été demandé de revenir à 2% pour les entreprises et les commerces. Le groupe minoritaire a proposé que ce retour au taux de 2% concerne les professionnels aussi bien que les particuliers.. Le rejet de cette proposition explique notre abstention de ce jour.

Loin pour autant, en ce qui nous concerne, l’idée d’handicaper l’implantation d’entreprises et de commerces! Nous ne faisons que veiller à l’équité entre les professionnels et les particuliers.

Z.A. de Lann Guinet

Ne voulant pas contrarier l’implantation annoncée d’une entreprise sur cette zone, la minorité a voté ce bordereau. Toutefois, elle tient à rappeler:

  1. Les prescriptions d’urbanisme qui recommandent actuellement d’éviter l’effet vitrine d’entreprises sur les voies routières.
  2. La disponibilité de terrains sur la Zone de Botcalpir à LOCMARIA sur notre territoire communautaire
  3. La persistance de friches sur la zone de Kerovel et sa possibilité d’extension autorisée par le PLU en vigueur, à proximité du contournement Ouest prévu et attendu.

L’honorariat pour Gilles-Marie Pelletan

Sur proposition de M. Guy SINEL, président de l’association des anciens maires, adjoints et conseillers généraux du Morbihan, M. Thomas DEGOS, préfet du Morbihan a décerné le 29 mars 2016, le titre de Maire Honoraire à Gilles-Marie PELLETAN.

Ses colistiers du groupe minoritaire au conseil municipal sont heureux de voir ainsi reconnu son engagement citoyen au service de la commune depuis 1983 et notamment en qualité de maire de 2001 à 2014.

En concertation avec la municipalité actuelle, une cérémonie conviviale a été organisée le 1er juillet dernier à l’Espace 2000-Célestin Blévin.

Y étaient rassemblées de nombreuses personnalités dont les députés Jean-Pierre LE ROCH et Hervé PELLOIS, M. François-Joseph KERGUERIS ancien sénateur et président du conseil général du Morbihan, Jacques LE NAY, ancien député et président de l’association des maires et présidents des EPCI du Morbihan, Pierre PAVEC, maire honoraire de Vannes, ainsi que de nombreux élus locaux, colistiers, membres d’associations et personnels communaux que Gilles-Marie PELLETAN a côtoyé au cours de ses divers mandats.

Il a reçu la médaille de l’Assemblée Nationale, de la commune et des anciens maires.

Nous lui adressons nos plus chaleureuses félicitations pour son indéfectible engagement au service de ses concitoyens.