Aménagements urbains, liaisons interquartiers

Aménagements urbains

Les bénéfices résultant des opérations d’aménagement urbain contribuent grandement au financement des nouveaux équipements.

Ainsi, la précédente municipalité a laissé une « cagnotte » d’environ 2 millions €.

Dans ses prévisions de financement de ses investissements, la municipalité table sur 3 millions € issus des opérations d’aménagement en cours, dont 2,350 millions en provenance d’acquisitions réalisées par la précédente équipe municipale, à savoir le foncier du quartier des Garennes et le terrain au sud de Market.

En revanche, l’opération « 11 novembre », qui a consisté à acquérir un terrain et à le céder rapidement à un aménageur n’a dégagé qu’à peine 60.000 € de plus-value.

Nous n’approuvons pas cette façon de procéder qui gaspille le potentiel de ressources financières de la commune.

Nous espérons qu’elle ne sera que marginalement renouvelée pour la ZAC Perrine Samson dont une part importante du foncier a été acquis du temps de la précédente municipalité.

Voies de liaisons interquartiers

Lors de la présentation du Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) et du vote du budget, la municipalité a privilégié la poursuite de la réalisation de travaux de sécurisation de la voirie (programme de 500.000 € au total susceptible d’être augmenté).

De ce fait, la création de la liaison interquartiers Espace 2000-Zone de Kerovel est reportée sine die, ce qui rendra caduques les études préliminaires déjà effectuées.

Cette voie qui prolongerait celle du nouveau quartier des Garennes désengorgerait le centre-bourg, comme le fait déjà la « récente » rue de Lann Guinet.

Nous considérons que cette décision est une erreur.

Imaginez les nombreux désagréments qui auraient pu être évités si cette nouvelle voie avait été réalisée avant les travaux en cours d’assainissement et d’adduction d’eau de la rue du général De Gaulle, certes nécessaires mais reportables d’une année ou deux.

Alternance et Pluralité

Voilà déjà trois ans qu’une majorité de Grégamistes a décidé de confier la marche de leur commune à une nouvelle équipe. Le maire ayant présenté un bilan de mi-mandat le 27 juin dernier, il nous a semblé judicieux de faire de notre côté le point sur la présence de la minorité au sein du conseil municipal.

L’alternance de mars 2014 s’est produite cette fois au bout de 13 ans. Elle n’a pas laissé le temps à l’équipe sortante d’achever la réalisation de ses projets de nouvelle salle sport, de la place de l’église et d’abattage des ruines derrière la mairie, alors que les conditions financières et foncières étaient enfin réunies pour y parvenir.

Le moment de déception passé, ses élus se sont adaptés rapidement et sereinement à leur fonction minoritaire. Ils se sont attachés à animer la démocratie bien installée à Grand-Champ depuis que la pluralité a été instaurée en 1983 au sein du conseil municipal. Il est indispensable qu’elle perdure!

Les premiers propos du nouveau maire reprochaient à l’équipe sortante treize ans d’immobilisme, des finances désastreuses bien qu’il ait voté les dix budgets précédents, à l’exception du dernier.

L’ampleur des acquisitions foncières, les excédents générés par les lotissements communaux qui ne doivent pas ignorer les ressources fiscales qui s’en sont suivies, ainsi que les stocks de terrains disponibles. On peut aussi rappeler que son premier budget de 2014 a bénéficié d’une CAF de 1 080 000 € générée par celui de 2013.

Communication ou COM du vide?

Toutes ces informations diffusées au moment voulu concernent le passé certes, mais elles vous sont renouvelées pour rappeler certaines vérités enfouies dans de la communication pour le moins peu objective ou même de la désinformation.

Elles ont surtout le mérite de soulever les problèmes de l’information, de la communication, de la désinformation, voire de la manipulation, qui peuvent être véhiculés dans ce qu’on nomme la « COM »!

Si il y a bien un reproche que l’on ne peut pas faire à l’équipe en place par comparaison à celle qui l’a précédée, c’est d’être timorée en matière de communication. Elle sait utiliser, et ne s’en prive manifestement pas, tous les canaux pour faire parler d’elle, et surtout se montrer en photos : Journaux locaux, internet, Facebook en particulier.

A chaque événement, même s’il est insignifiant, elle fait mousser l’optimisme. Cette communication tous azimuts laisse parfois penser à une activité fébrile, débordante…

Sommes nous passés de la présomption d’immobilisme  à celle de trépidation?

AMBITIONS GRAND-CHAMP, le nom de campagne électorale de la majorité et le désormais OSER VOIR GRAND, associé au nouveau logo de la commune, nous interpellent sur les objectifs de l’équipe en place.

Ambitions pour qui…?, Pour quoi…? Oser voir grand pour qui…?, pour quoi…?

Puissent les réponses apportées à ces interrogations être imprégnées d’un mélange pertinent d’audace et de modestie!

Analyse des documents budgétaires

Quelques précisions utiles sur les comptes communaux

Gestion des dépenses et des recettes

Parmi les objectifs de la majorité (cf. le Grégamiste de juillet 2014) l’un de ceux ci était: «garder le cap d’un autofinancement récurrent des projets par une bonne gestion des dépenses et des recettes de fonctionnement ».

Voilà un objectif essentiel mais non tenu à ce jour.

Depuis 3 ans les dépenses augmentent plus vite que les recettes :

Année

Recettes

Dépenses

2013

+3,35%

+1,17%

2014

+1,85%

+9,10%

2015

+4,97%

+6,19%

2016

+1,92%

+3,05%

(Calculs réalisés hors dépenses et recettes exceptionnelles qui, par définition, ne sont pas récurrentes)

2 exemples de dépenses :

Les frais de personnel :

  • Entre 2009 et 2013 (soit 4 ans) ont progressé de 7,46% (de 2 021 390 euros à 2 172 265 euros)
  • Entre 2013 et 2016 (soit 3 ans) ont progressé de 14,7 % (de 2 172265 euros à 2 491 929 euros)

Fêtes et cérémonies :

  • Entre 2009 et 2013 diminution de 16 658 euros à 12 866 euros
  • Entre 2013 et 2016 augmentation de 12 866 euros à 29 816 euros (nombreuses inaugurations !…)

Emprunt toxique:

Une action en justice a été entamée, soit !

Mais la durée d’un procès est longue voire très longue et son issue incertaine.

Ne pas inclure dans le raisonnement et surtout dans les comptes (au moins à hauteur des enjeux) le risque final, c’est reporter un risque financier significatif sur les générations futures.
La majorité actuelle ne provisionne ce risque chaque année, depuis 3 ans, qu’à hauteur de 5% à 6% (soit un total de 395 197 euros au 31/12/16) pour un risque évalué à environ 20% (soit un risque cumulé à ce jour d’environ 1 130 000 euros) !!

Le déficit de provision commence à être conséquent (le capital restant dû s’élevant à plus de 2,7 millions d’euros et 19 années de remboursement restant à courir).

La « cagnotte » (environ 2 millions d’euros) laissée par l’équipe municipale précédente (niée au début du mandat par l’équipe actuelle, puis enfin reconnue à ce jour ….) doit servir, comme l’a confirmé la majorité actuelle, en priorité de filet de sécurité en cas d’issue défavorable du procès….. (à condition de ne pas la grignoter largement comme cela a été présenté dans le budget primitif 2017 à hauteur de 1 million d’euros environ pour financer les investissements 2017 )

Conclusion :

La CAF nette (capacité d’autofinancement nette) issue des excédents de recettes de fonctionnement sur les dépenses diminue régulièrement depuis 3 ans.

Si cette tendance perdure, d’une part l’autofinancement des investissements serait menacé d’autant plus que les subventions de l’État diminuent et d’autre part cela mettrait à mal les autres objectifs de la majorité actuelle : « ne pas alourdir la fiscalité des Grégamistes et ou désendetter plus efficacement la commune » (cf le grégamiste de juillet 2014)

Les salles de sport

Construire une salle de sport à proximité du collège était l’un des enjeux de la campagne électorale d’Yves BLEUNVEN.

Devenu maire, il radia promptement  le projet prévu par la précédente municipalité sur le terrain « Duval », prêt à être réalisé et qui aurait pu être mis en service dès le début de l’année 2015.

Combien de ses électeurs ont imaginé que cette nouvelle municipalité, se présentant comme étant le dynamisme incarné, passerait 3 ans à finaliser son propre projet de salle de sport ?

Il reste encore à le réaliser, ce qui nous amène au mieux à février 2018 pour la mise en service.

Bien que la municipalité comprenne des responsables de la plupart des associations de sport en salle, elle a recouru à un bureau d’études (programmiste) pour planifier l’évolution des équipements sportifs.

Après tergiversations, le maire a été enfin convaincu de renoncer à son idée momentanée de construire une modeste nouvelle salle à coté du collège pour pouvoir rénover en profondeur et agrandir la salle omnisports actuelle qui ainsi serait restée la salle principale.

Le projet de nouvelle salle

La recherche d’un maître d’œuvre a conduit la municipalité à découvrir un cabinet des pays de Loire qui fait construire des salles omnisports de 1500/1600 m² à environ 1 million d’euros HT.

Il s’agit de bâtiments à ossature métallique bien moins esthétiques que les structures en bois plus communément utilisées, mais parait-il tout aussi confortables pour les
utilisateurs.

La municipalité s’est ainsi glorifiée de faire des économies car le programmiste évaluait la construction d’une salle classique à 1,9 million €.

Mais de fil en aiguille avec l’ajout de salles supplémentaires de 300 et 30m² et un mur d’escalade, le projet s’élève à environ 1,55 million € HT (la TVA est payée par la commune, mais récupérée en grande partie l’année suivante) auxquels viennent s’ajouter 45.000 € pour l’acquisition du terrain et 225.000 € TTC d’honoraires et frais divers.

La rénovation de la salle actuelle

Bien que jugée prioritaire par la nouvelle équipe municipale, la rénovation de la salle omnisport de Kermorio est toujours attendue et n’aura sans doute pas lieu.

Estimée initialement à 500.000 €, les études du maître d’œuvre et la satisfaction des désidératas des utilisateurs ont porté l’investissement de rénovation à plus de 900.000 €, soit quasiment le coût d’une salle neuve (cf ci-dessus), sans avoir pour autant un équipement aussi moderne.

Le maître d’œuvre a donc été prié de revoir sa copie pour rester dans l’épure de 500.000 €. En cas de rupture de son contrat, combien d’honoraires faudrait-il lui verser ?

En lieu et place de la rénovation, il est à présent question de construire, en prolongement de la salle existante, 2 courts de tennis couverts. Ce nouveau projet serait financé par les 500.000 € inscrits au budget pour la rénovation: seront-ils suffisants?

Que de tergiversations malgré l’étude de planification faite ! Et que dire des frustrations en perspective pour les principaux utilisateurs de cette salle ?

Rappelons notre billet de Mars 2015, sur les équipements sportifs

VIGILANCE

VIGILANCE

« Cohérence, faire plus avec moins, mieux vivre ensemble », tel était l’engagement de la majorité pour faire progresser GRAND-CHAMP.

Le programme était ambitieux…!

Or, à mi mandat, les promesses n’ont pas toutes été tenues. Nous sommes loin de tout ce qui avait été envisagé pour les Grégamistes lors des élections municipales de 2014.

D’abord, la fusion imposée des intercommunalités a donné lieu à de singuliers retournements et rebondissements. Ceux qui blâmaient hier, qui appelaient à la résistance, se retrouvent par la force des choses dans le camp de GOLFE DU MORBIHAN VANNES AGGLOMÉRATION. L’entrée de LOC’H COMMUNAUTÉ n’a pas été sans remous ni tensions pour l’attribution des postes. N’est-il pas regrettable que les ambitions personnelles prennent le pas sur la recherche de consensus et la construction du bien commun ?

Des projets bâtis par la précédente municipalité, notamment une seconde salle des sports et le lotissement « Les Garennes », sortent juste de terre ! Que de temps perdu et combien de coûts supplémentaires? Est-ce par simple volonté de modifier ce qui a été voté par la précédente municipalité?

Qu’en est-il précisément des projets d’aménagement de l’ensemble des friches?

La déviation EST était-elle une priorité alors que les Grégamistes attendent
depuis de nombreuses années celle d’OUEST, afin d’éviter que les véhicules en
transit, lourds ou légers, ne passent par le centre ville, pour eux un obstacle à
franchir sur leur route? Les bisbilles entre le maire et le président du conseil départemental ne risquent-elles pas de différer encore plus ce dossier ?

Autre sujet de préoccupation: les emprunts toxiques. Contrairement à d’autres municipalités voisines, GRAND–CHAMP est en procédure judiciaire. Ne risque-t-elle pas d’avoir une incidence néfaste sur des budgets lointains de la commune au cas où les provisions s’avéreraient insuffisantes à son issue?

Chacun peut constater une communication très abondante où tout semble prétexte à écrire ou dire que  » GRAND-CHAMP se bouge  ». Ne serait-ce pas un excès superflu de démonstrations coûteuses à un moment où des restrictions budgétaires sont exigibles?

GRAND-CHAMP, cité authentique et rurale, doit le rester. Elle a besoin au conseil municipal d’une pluralité et d’une minorité active nécessaires à la démocratie.

Il n’est pas question pour la minorité actuelle d’exercer une opposition systématique et vaine. Tout en reconnaissant à la majorité une activité certaine, nous estimons la minorité dans son rôle quand elle pointe ses carences et ses insuffisances ! Restons en permanence vigilants !

Chers Grégamistes, si vous voulez nous soutenir, n’hésitez pas à contacter
l’association » Bien Vivre Ensemble à GRAND-CHAMP  » !

André LE TUTOUR
Président de Bien Vivre Ensemble à GRAND-CHAMP

Retrouvez, avec ce lien, les réalisations que l’équipe de Bien vivre ensemble à Grand-Champ souhaitait faire à brève échéance

La minorité n’a pas voté le budget principal 2017

Au conseil municipal du 26 Janvier 2017, l’équipe minoritaire n’a pas ergoté

Contrairement aux affirmations de Ouest-France du samedi 28 Janvier 2017,du samedi 28 Janvier 2017, la minorité n’a pas voté le budget général 2017 (quatre votes contre et deux abstentions)
Elle a montré son désaccord tant sur le fond que sur la présentation du budget.

Raisons principales

  • L’acquisition de terrain du collège pour l’édification d’une salle de sports: 6 votes contre!
  • L’impossibilité réglementaire d’utiliser 1 150 000 € de la vente de 20 lots du lotissement des Garennes en cours d’aménagement pour abonder le budget principal. Cette somme ne peut pas être intégrée dans le budget 2017.
  • La nécessité de ce fait de les prélever dans ce qui a été appelé « la cagnotte » laissée par l’équipe précédente, ce qui constitue une entorse à l’engagement de la majorité de la conserver comme garantie dans le cadre du contentieux concernant l’emprunt « toxique » Dexia.
  • Les priorités d’investissements déterminées par la majorité :
    • Création d’une nouvelle maison de l’enfance alors que le permis de construire signé de la salle sur le terrain Duval prévoyait la mutualisation de locaux de façon moins consommatrice de terrain et moins onéreuse.
    • Report de la rénovation de l’actuelle salle de sports.
    • Travaux de sécurité le long de certaines voies au détriment de la programmation de la liaison inter-quartiers Espace 2000-zone de Kerovel, indispensable pour désengorger le centre-bourg, en l’absence de déviation Ouest pour x années.

Raisons complémentaires

  • La chute significative et renouvelée (294 000 € de moins qu’au budget 2016) de la CAF nette (capacité d’autofinancement), masquée par le chiffrage de la CAF brute, qui devrait en fait s’élever à 994 000 € et non 2 794 100 €
  • La diminution de 834 604 € du résultat reporté, de 2 233 939 € en 2016 à 1 399 335 € au budget 2017. L’autofinancement des investissements futurs se ressentira de ces baisses.

Le budget annexe Aménagement et Développement et le budget Assainissement ont été votés à l’unanimité

Le conseil municipal du 22 Septembre 2016

Positions du groupe minoritaire sur quelques bordereaux du conseil municipal

Cet article précise les positions prises oralement par le groupe minoritaire lors du conseil municipal du Jeudi 22 Septembre 2016

Taxe d’aménagement. Fixation du taux et des exonérations

Le 6 novembre 2014, la majorité d’Yves BLEUNVEN a relevé de 50% le taux de la Taxe d’aménagement, laquelle passait de 2 à 3%. Le groupe minoritaire avait voté contre cette augmentation.

Au conseil municipal du 22 Septembre 2016, il a été demandé de revenir à 2% pour les entreprises et les commerces. Le groupe minoritaire a proposé que ce retour au taux de 2% concerne les professionnels aussi bien que les particuliers.. Le rejet de cette proposition explique notre abstention de ce jour.

Loin pour autant, en ce qui nous concerne, l’idée d’handicaper l’implantation d’entreprises et de commerces! Nous ne faisons que veiller à l’équité entre les professionnels et les particuliers.

Z.A. de Lann Guinet

Ne voulant pas contrarier l’implantation annoncée d’une entreprise sur cette zone, la minorité a voté ce bordereau. Toutefois, elle tient à rappeler:

  1. Les prescriptions d’urbanisme qui recommandent actuellement d’éviter l’effet vitrine d’entreprises sur les voies routières.
  2. La disponibilité de terrains sur la Zone de Botcalpir à LOCMARIA sur notre territoire communautaire
  3. La persistance de friches sur la zone de Kerovel et sa possibilité d’extension autorisée par le PLU en vigueur, à proximité du contournement Ouest prévu et attendu.

L’honorariat pour Gilles-Marie Pelletan

Sur proposition de M. Guy SINEL, président de l’association des anciens maires, adjoints et conseillers généraux du Morbihan, M. Thomas DEGOS, préfet du Morbihan a décerné le 29 mars 2016, le titre de Maire Honoraire à Gilles-Marie PELLETAN.

Ses colistiers du groupe minoritaire au conseil municipal sont heureux de voir ainsi reconnu son engagement citoyen au service de la commune depuis 1983 et notamment en qualité de maire de 2001 à 2014.

En concertation avec la municipalité actuelle, une cérémonie conviviale a été organisée le 1er juillet dernier à l’Espace 2000-Célestin Blévin.

Y étaient rassemblées de nombreuses personnalités dont les députés Jean-Pierre LE ROCH et Hervé PELLOIS, M. François-Joseph KERGUERIS ancien sénateur et président du conseil général du Morbihan, Jacques LE NAY, ancien député et président de l’association des maires et présidents des EPCI du Morbihan, Pierre PAVEC, maire honoraire de Vannes, ainsi que de nombreux élus locaux, colistiers, membres d’associations et personnels communaux que Gilles-Marie PELLETAN a côtoyé au cours de ses divers mandats.

Il a reçu la médaille de l’Assemblée Nationale, de la commune et des anciens maires.

Nous lui adressons nos plus chaleureuses félicitations pour son indéfectible engagement au service de ses concitoyens.

Le mot de la minorité de Décembre

A l’ensemble des grégamistes.

Les attentats de Paris et Saint Denis du vendredi 13 Novembre ont bouleversé la vie de notre pays et relativisé bon nombre de nos préoccupations.
Nos pensées vont vers toutes les victimes de ces carnages : celles qui ont perdu la vie, celles qui sont blessées dans leur chair, leur coeur ou leur psychisme, celles qui resteront mutilées ou handicapées à vie, leurs familles, leurs proches et tous nos concitoyens réunis dans la même compassion.

En communion avec la concorde nationale ambiante, nous avons décidé de différer toute
expression politique . Le mode de vivre librement de notre nation et de notre commune ne doit pas s’arrêter pour autant, bien au contraire !
Nous rependrons le débat, indispensable à toute démocratie, dans des circonstances que nous souhaitons plus propices.

Bien cordialement à vous tous,

L’équipe minoritaire

Ayant appris le 30 novembre que l’ordre d’impression du Grégamiste n’avait pas été donné, nous avons aussitôt demandé à retirer le texte que nous avions déposé le 9 novembre, dans le délai fixé par la municipalité. Nous avons néanmoins tenu à ce que ce mot transmis le 1er décembre notre propre expression, même s’il va de soi que sur ce drame nous sommes en cohérence avec la majorité

Une modification du PLU qui pourrait dévisager notre commune

Une modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) est initiée par l’actuelle majorité municipale. C’est la seconde modification, après celle réalisée il y a deux années

Aucun membre du groupe minoritaire au conseil municipal n’a été associé aux travaux de montage du dossier. Le groupe n’a bénéficié que des informations
données aux réunions de la commission « travaux »

Intégration de la zone au sud du carrefour-Market dans la zone de Lann Guinet

La zone de Lann Guinet est en zone Ui

Qu’est une zone Ui?

La zone Ui est destinée aux activités professionnelles, industrielles, commerciales et
artisanales de toute nature susceptibles de comporter des nuisances incompatibles avec
l’habitat.

La zone au sud du Carrefour Market est en zone Ut

Qu’est une zone Ut?

La zone Ut est destinée aux activités tertiaires compatibles avec un environnement services.

Le règlement de la zone Ui (Zone de Lann Guinet) est très souple sur l’aspect architectural des constructions. La zone concernée est située à l’une des entrées principales
du bourg et mérite de ce fait une attention particulière afin que son urbanisation soit qualitative et esthétique.

Le classement en Ui est incompatible avec un traitement qualitatif de ce secteur.

Il serait préférable d’intégrer dans le règlement de la zone Ui des prescriptions architecturales et paysagères qui s’appliqueraient dans les espaces proches des voies principales de circulation (100 m de part et d’autre par exemple), soit de conserver un zonage spécifique comme actuellement, quitte à en modifier l’appellation, qui admettrait les activités commerciales.
Il serait d’ailleurs opportun d’étendre ce zonage à la partie de l’actuelle zone de Lann Guinet proche de la RD 779 afin d’avoir une harmonie de traitement.
Sans être opposés à l’acceptation de commerces dans ce secteur, nous attirons l’attention sur la difficulté d’y maitriser ensuite le développement commercial eu égard au contexte règlementaire très libéral d’implantation des commerces qui, entre autres, ne permet pas de se référer à des considérations de concurrence pour s’opposer à un projet.
Compte-tenu de l’attractivité de ce secteur liée notamment à sa situation d’entrée de bourg et la présence du supermarché, il existe un risque direct ou indirect pour certains commerces qui font la vitalité du bourg.

Densification

Ce point comporte 3 modifications du règlement :

  1. L’augmentation à 50% de l’emprise maximale au sol des constructions
  2. L’élévation à 7 m maximum (au lieu de 5) de la hauteur des acrotères des toitures-terrasses en zone constructible
  3. L’autorisation des toitures-terrasses intégrales dans les zones constructibles

Les deux derniers points cumulés conduisent inévitablement à un changement à terme de la physionomie architecturale de l’ensemble du bourg.

En effet, actuellement les toitures- terrasses intégrales y sont interdites
(en pratique, la toiture d’un immeuble peut avoir autour de 30% de sa surface en terrasse)

Lors d’une récente enquête, les grégamistes ont manifesté leur attachement à l’aspect actuel du bourg.

Par conséquent, nous demandons le retrait de la modification concernant les toitures-terrasses qui relève de la procédure de révision du fait de son important impact architectural.

De plus, il est patent que le public n’a pas conscience de l’importance du changement auquel il va être confronté ; aucune information publique à ce sujet n’ayant été faite !
Les publications en annonces légales et l’affichage surtout en périphérie du bourg de l’avis d’enquête publique sont bien insuffisants pour attirer son attention sur ce point qui concerne au moins tous les résidents urbains, voire l’ensemble des grégamistes.

Enfin dans certains lieux concernés à brève échéance (entrée de la résidence Van Gogh, site de l’ex-supermarché, …), il n’y a pas d’affichage.

Retrouvez, sur l’image ci-dessous les lieux d’implantation des avis de l’enquête d’utilité publique(Cliquez pour agrandir)

Un plan donnant les points d'affichage de l'enquête

Un plan donnant les points d’affichage de l’enquête

Ces nouvelles règles doivent être expérimentées uniquement dans les parties du quartier des Garennes qui ne jouxtent pas les habitats pavillonnaires existants.

Un espace de transition d’une trentaine de mètres de large avec les règles actuelles de la zone Uba conviendrait.

Aspect extérieur des constructions

Plutôt que de supprimer totalement ce paragraphe de préconisations architecturales et de ce fait permettre tout
et n’importe quoi avec un impact architectural important , nous sommes d’avis d’y ajouter les dispositions visant à permettre les panneaux solaires ou photovoltaïques.

Assouplissement des règles création de places de parkings pour les immeubles d’habitations collectives

La saturation des emplacements de stationnement avec pour corollaire le stationnement gênant est un problème permanent. Dans ce contexte, cette «fleur » aux aménageurs est incongrue.

Suppression de la marge de recul pour la RD 308 à Corn er Arat

L’avis du Conseil Départemental annexé au dossier indique que le réaménagement de cette voie n’est pas programmé à court terme.

La suppression de la marge de recul est donc prématurée et nous demandons le retrait de ce point.

Conclusion

Que nous soyons clairs, il n’est pas question de s’opposer à toute évolution de l’architecture.
Mais, cette modification numéro 2 est d’importance et peut dévisager la commune de Grand-Champ. Si nous ne prenons pas garde, nous pouvons, par exemple, arriver à une urbanisation très rapide qui dénature complètement le centre bourg, comme dans certaines communes des environs. Souhaitons nous un PLU qui favorise cette dégradation? Notre réponse est NON.

Soyons donc vigilants

Lisez les observations du groupe minoritaire au commissaire enquêteur en cliquant sur le lien (le document va s’ouvrir dans une autre fenêtre)

Lisez les conclusions de l’enquête sur ce que désirent les grégamistes

Lisez cet article du Télégramme sur les problèmes d’urbanisme qui se posent à Plescop